CEC
Communauté électroacoustique canadienne
Canadian Electroacoustic Community
GM-500 — 1455, boulevard De Maisonneuve Ouest, Montréal, QC, H3G 1M8, Canada
http://cec.sonus.ca - cec@sonus.ca

[english translation not available]

Où l’on parle, bien sûr, du départ, du voyage, de l’adieu (« Partir, c’est… ») mais aussi d’évasion, de plaisir, de parcours initiatiques, de l’espace imaginé et —encore— de la perte, de l’oubli, de l’absence, de la « petite mort » et du « grand voyage ». Il n’est pas indifférent que cette pièce ait été créée à Marseille, parmi les vestiges de l’antique port phocéen ; le premier mouvement est une rapide allusion à ce voyage dans le temps. La mer si proche, symbole inépuisable et pluriel, devait être présente. Elle l’est, obstinément ; la vague propose sa loi énergétique à l’ensemble et à l’élément : flux/reflux, croissance/décroissance, apparition/disparition. Le concret glisse vers l’abstrait puis resurgit. Des points d’ancrages dans le réel et de furtives évocations (entendues ou devinées ?) émergent ça et là. L’origine de cette œuvre se situe dans une pièce précédente, « Points de fuite », qu’elle développe et dont on retrouve des éléments dans le quatrième mouvement, « Thème de la fuite ». Ce mouvement constitue la crête de la « vague » formée par la courbe des durées croissantes puis décroissantes des neuf mouvements : Marine, Cartographie Liminaire, Un certain embarquement, Thème de la fuite, Tranfert I, En abîme, Tranfert II, Palimpseste, Sur les traces d’Ulysse. « … mourir un peu » est une commande de l’État (Direction de la musique) France, et du Groupe de musique expérimentale de Marseille (France) ; réalisée dans les studios du GMEM et dans celui de l’auteur à Montréal. Je tiens à remercier Pierre Schaeffer et Pierre Henry qui m’ont aimablement permis d’emprunter de rapides mais si prenantes citations d’« Érotica » (de « Symphonie pour un homme seul »), ainsi que Laurent Lafran à qui je dois certaines prises de son ; sans oublier Gesualso, Mauduit et Schubert pour leur participation involontaire. À Marthe Forget. FD

  • Studio: GMEM (Marseille, France); studio privé
  • Premiere: Jardins des vertiges, GMEM (Marseille, France), 12-vi-1984
Page oeuvre@40183 generated by litk 0.600 on Tuesday, January 11, 2011. Development: DIM.